Skip to main content

Accueil  Projet   Rôle des communes   Territoire   Travaux   Le réseau   Pourquoi des réseaux ?   Lectures et Revue de presse   L'établissement public Débitex   Liens & infos pratiques   Connexion de membre   
Quelques chiffres
Le délégataire
Calendrier
L'infrastructure
Les services
Le financement public
Historique
Historique
Le projet Débit Express résulte de la fusion de deux projets d'aménagement du territoire menés dans le sillage du projet Irisé.
 
L'initiative du Sipperec
 
Irisé avait été lancé, au début des années 2000, par le syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication, le SIPPEREC, pour équiper ses communes adhérentes d'un réseau de fibres noires ouvert à tous les opérateurs.
 
Dans le nord et l'est de Paris le projet Irisé engendrait une disparité d'équipement entre les communes membres du syndicat et les autres; de cette disparité naissait le risque d'un développement économique à deux vitesses. A partir de ce constat, fait par les deux départements de la Seine Saint-Denis et du Val d'Oise et par l'établissement public d'aménagement de la Plaine de France, deux projets devaient être lancés..
 
 
Les deux projets initiaux
 
 
Un premier projet, conduit par l'établissement public d'aménagement de la Plaine de France, les deux départements de la Seine Saint-Denis et du Val d'Oise et le conseil régional d'Île de France, concernait les dix-huit communes de la Plaine de France qui n'étaient pas membres du Sipperec.
 
 
Un second projet, mené par le département de la Seine Saint-Denis, concernait les onze communes de ce département qui n'étaient ni en Plaine de France ni membres du Sipperec.
 
 
Convergence des deux projets
 
Les deux projets portaient sur des territoires adjacents aux caractéristiques semblables; ils avaient le même objectif, équiper équitablement les communes de la Seine Saint-Denis et de la PLaine de France, quelle que soit leur proximité de Paris, pour faire bénéficier habitants et entreprises des meilleurs services aux meilleures conditions.
 
Chacun proposait de construire une infrastructure de fibre noire semblable à celle conçue par la Sipperec, ouverte à ttous les opérateurs et qui devait offrir trois types de sites en trés hauts débits:
  • les centraux téléphoniques pour favoriser le dégroupage,
  • certains sites publics,
  • les entrées des principales zones d'activités
 
La fibre de bout en bout jusque chez l'habitant n'était pas envisagée d'une part pour des raisons de coûts et d'autre part parceque la demande en était encore immature.
 
 
Création de l'établissement public Débitex
 
Les étides préliminaires conclurent  l'opportunité de fusionner les deux projets. Les deux départements décidèrent de prendre en commun la maîtrise d'ouvrage du projet résultant et créèrent en 2006 l'établissement public de coopération interdépartementale Débitex, avec le soutien du Conseil régional d'Île de France
.
Deux communes,Le Blanc Mesnil et Livry Gargan adhérèrent au Sipperec et sortirent de ce fait du périmètre du nouveau projet.
Le nouveau projet, porté par Débitex, se proposa alors de relier en trés hauts débits, sur le territoire de vingt sept communes,
  • les centraux téléphoniques qui n'étaientt pas encore reliés
  • certains sites publics (mairies, collèges, lycées, hôpitaux...)
  • toutes les zones d'activités, à l'intérieur des zones
  • un certain nombre de foyers, notamment ceux situés dans les quartiers en rénovation, nombreux sur le territoire.

 

 

Lancement d'une procédure de délégation de service public

 

En mai 2007 le conseil d'adminsitration décidait de lancer une procédure de délégation de service public pour le financement, la conception, la construction, la commercialistaion l'exploitation et la maintenance d'un réseau à trés hauts débits sur le terriotire de vingt-sept communes.

 

 

Le choix du délégataire

 

En février 2009 le conseild 'administration décide de concéder la délégation de service public à la société LD Collectivités.

Le contrat, d'une durée de vingt-cinq ans, confie au délégataire la responsabilité du financement, de la conception, de la construction, de la commercialisation, de l'exploitation et de la maintenance du réseau.

 

Il prévoit la connexion 

  • des centraux téléphoniques qui ne sont pas encore reliés
  • de 395 sites publics (mairies, collèges, lycées, universités, hôpitaux...)
  • 95 zones d'activités en pénétrant à l'intérieur des zones
  • 120.000 foyers et notamment ceux situés dans les quartiers en rénovation.
     

 

L'investissement total est de 55 millions d'euros dont 15,8 de subvention publique.

La subvention publique est versée pour moitié par le conseil régional et pour moitié par les deux départements de la Seine Saint-Denis et du Val d'OIse.

 

Une première phase de travaux est prévue sur quatre ans.

 

 

 
ValorConseil